Empreinte territoriale

Appui au Redéploiement des Forces de Sécurité Intérieure et Restauration de l'Autorité de l'Etat

Théâtre de violents affrontements en 2013, la République Centrafricaine a su assurer sa transition démocratique avec l’élection en mars 2016 de son président Faustin Archange-Touadéra.

Dès novembre 2016, la Politique Nationale de Sécurité (PNS) est adoptée. Tout en définissant les orientations stratégiques pour un retour de la sécurité sur le territoire, celle-ci affirme que l’incapacité des forces de sécurité intérieures (FSI), doublé d’un manque de reconnaissance de l’utilité de leur action, à protéger les populations dans les moments de crises est une des raisons principales du manque de confiance des citoyens en l’Etat centrafricain.

Les actions menées conjointement par les autorités et les partenaires internationaux en République Centrafricaine ont permis de compenser dans une situation d’urgence, les déficits sécuritaires immédiats de la capitale, Bangui. Cependant, la situation sur le reste du territoire demeure très problématique et la relative stabilité ressentie actuellement pourrait n’être qu’éphémère si aucune action n’était entreprise pour y assurer un retour de l’autorité de l’État.

Contexte

En août 2018, le calme revenu le long de l’axe reliant Béloko (à la frontière du Cameroun) à Bangui est jugé propice à une montée en puissance de la présence de l’État in situ. Les Forces de Sécurité Intérieure (Commissariats de Police, Brigades de Gendarmerie, Services des Douanes, Brigade Mobile de Surveillance) s'efforcent d’y exercer leur fonction malgré un dénuement quasi-total (peu de moyens de transport, transmissions inexistantes, etc.). Parallèlement, les collectivités territoriales peinent à assurer les services de bases, faute d’équipements et de ressources humaines et financières.

Par l’action combinée d’un déploiement des FSI et du renforcement des collectivités territoriales, c’est la restauration de l’État de droit qui est visée. La protection des biens, garantie à la fois par la présence de forces de l’ordre mais également par un système judiciaire et une administration territoriale présente et active, est la première étape vers le développement d’un État de droit.

Objectifs du projet

Contribuer à la stabilisation de la situation sécuritaire centrafricaine et la restauration de l'autorité de l'Etat à travers le redéploiement des Forces de Sécurité Intérieure et de l'Administration Publique.

Plus spécifiquement:

  1. Appuyer le redéploiement des forces de sécurité intérieures centrafricaines le long de l’axe Béloko - Bangui
  2. Apporter un soutien en formation, équipement et fonctionnement de l'administration publique sur le corridor
  3. Contribuer à restaurer la confiance des populations situées dans la zone de déploiement par l’information et la sensibilisation au retour des forces de sécurité et la remise en route des services de base de l’administration publique

Principales activités

  • Formation et équipement d’environ 800 personnels de forces de sécurité intérieure
  • Dotation de véhicules au profit du redéploiement des FSI sur le corridor (30 jeep P4, 8 camions TRM 2000, 39 motos)
  • Réhabilitation et équipement de 7 postes de contrôle le long de corridor
  • Réhabilitation du centre de transmission inter forces de Bouar, destiné à coordonner l’intervention des FSI dans la région
  • Construction d’un centre de formation mixte à Bouar pour créer un second point de départ de futurs redéploiements
  • Mise en  place de programmes de formation au profit des agents de l'administration publique
  • Fourniture d’équipement et rénovation légère de services de l'administration publique dans la zone de projet
  • Conduite d’enquêtes auprès des communautés du corridor afin de recueillir et évaluer le degré de confiance de la population envers l’action de l’État centrafricain
  • Lancement d’une campagne de sensibilisation et d’information sur les rôles de FSI et des collectivités territoriales afin de renforcer la visibilité de l’action de l’État
  • Appuyer les plateformes de dialogue et de concertation entre les FSI et les communautés au niveau local et préfectoral
Instructeur en mission de formation Instructeur en mission de formation
Intervention contre un individu armé Intervention contre un individu armé
Dispense des Premiers Secours et Interpellation d'un agresseur Dispense des Premiers Secours et Interpellation d'un agresseur

Le projet en chiffres

8,11 M€

Budget

3

experts temps pleins

4

Ministères concernés

Chronologie

  • octobre 2018

    Début du projet

  • décembre 2018

    1er Comité de Pilotage & Cérémonie de lancement

  • février 2019

    Lancement des appels d'offre

    Lancement des appels d'offres pour: - acquisition d'équipements et d'uniformes pour les FSI - acquisition de véhicules - travaux de construction et de rénovation - acquisition de matériel de transmission

  • mars 2019

    Lancement du programme de formation des FSI

    Mobilisation de 6 experts internationaux pour d'appuyer l'application d'un programme complet de formation au profit de 120 effectifs FSI destinés à être redéployés.

  • mars 2020

    Fin du projet

Formation aux Gestes Techniques et Professionnels d'Intervention Formation aux Gestes Techniques et Professionnels d'Intervention

À propos du projet

Statut du projet

En cours

Type de financement

Union Européenne

Type de contrat

Subvention